Que l’on soit un adepte ou un détracteur, la pratique du naturisme ne laisse personne indifférent. Si pour certains, ce n’est pas plus qu’une activité à caractère exhibitionniste – assimilée à tort une simple volonté de s’afficher « cul nu », ils sont de plus en plus nombreux à saisir la dimension réelle de ce mode de vie qui prône le retour aux sources à travers la pratique de la nudité en commun, dans un environnement dédié.

Cependant, on a beau expliquer le concept, les préjugés sont coriaces. Le débat sur le naturisme dans l’espace public a encore de beaux jours devant lui…

Une pratique vielle comme le monde qui résiste au temps

La confusion est telle que nous répétons la finalité du naturisme : une philosophie et un art de vivre en harmonie avec la nature, caractérisé par une pratique de la nudité en commun.

Ses bienfaits en ce sens sont innombrables. En effet, en plus de favoriser le respect de soi-même, des autres et de l’environnement, plusieurs études ont révélé les bénéfices du naturisme sur le bien-être du pratiquant, sur son estime de soi et son capital confiance. La pratique du naturisme n’a pas d’âge, et encore moins de sexe. Certains le découvrent en bas âge alors que d’autres l’expérimentent seulement à l’âge adulte. Mais qu’à cela ne tienne, ce qui compte le plus c’est de franchir le cap et découvrir cette sensation unique de vivre dans le plus simple appareil.

En réalité, l’histoire du naturisme est profondément impactée par l’évolution des mœurs et des mentalités. Certaines sources associent ses origines les plus lointaines à l’époque du grec Hippocrate, l’un des pères de la médecine. Mais, c’est en 1778 que le terme « naturiste » aurait définitivement fait son apparition dans la langue française, après qu’un observateur belge, Antoine Planchon, eût évoqué des règles de vie meilleures en harmonie avec la nature. Le monde assiste alors à l’avènement d’un nouveau mouvement dont l’intérêt réside également dans ses partisans, aussi bien religieux (la nudité comme retour aux origines bibliques), contestataires en réaction aux diktats bourgeois, voire artistiques.

C’est en Allemagne que le mouvement va véritablement prendre son envol autour des villes d’eaux et des cures, valorisant le culte du corps nu. Ayant longtemps rimé avec hygiénisme, le concept est de nos jours concentré autour des notions de bien-être et de respect. «Respecter la nature, sa nature, mais aussi celle d’autrui», selon la définition de Xavier Gaillot, grand observateur et militant convaincu du naturisme en France, qui répond par là-même à l’une des interrogations les plus emblématiques des non-initiés : quelle différence en le naturisme et le nudisme ?

Pourquoi pratique-t-on le naturisme ?

Il existe autant de raisons de pratiquer le naturisme qu’il y a d’adeptes du mouvement.  Pour certains, il fait tomber les barrières sociales. En effet, que l’on soit cadre supérieur dans une grande société de la place, avocat, chômeur, ouvrier, handicapé, âgé, homme ou femme, on est tous pareils dans la nudité. On est dans un rapport d’égalité totale où personne n’est jugé par son apparence. Ainsi, il permet également de bannir ses complexes physiques, puisqu’en camping naturiste on apprend à mieux connaître son corps et à l’accepter tel qu’il est, mais aussi celui des autres.

Pour d’autres, vivre nu provoque un sentiment de liberté et de plaisir de vivre en harmonie avec la nature, l’eau, l’air, le soleil… Une activité intéressante donc pour booster le bien-être du pratiquant et lui procurer un sentiment de bonheur unique. Le naturisme prend tout son sens en groupe, pour la plupart des adeptes. Pratiqué en famille, il permet de transmettre aux enfants des valeurs fondamentales telles que le respect et la tolérance. On assiste depuis quelques années maintenant à la création de plusieurs centres dédiés à la pratique du vivre nu dans le monde, afin de répondre à une demande qui ne cesse de croître.

Les principaux chiffres du naturisme en France

C’est connu ! La France fait partie des destinations naturistes les plus prisées au monde. L’Hexagone regorge d’infrastructures qui permettent la pratique du naturisme et accueille une forte communauté étrangère en quête de vacances dénudées. Le naturisme en chiffres, ce sont :

  • 180 clubs et 88 centres de vacances FFN ;
  • 150 sites naturistes (plages, rivières, lacs) ;
  • 16% des français seraient prêts à tenter une expérience naturiste ;
  • 56% des français pensent que le naturisme véhicule la tolérance ;
  • 71% des français ne sont pas choqués par la pratique du naturisme ;
  • 2 million de touristes s’adonnent au naturisme en France chaque année.

Et si vous tombiez la chemise pour vos prochaines vacances ?